Dominique A, Vie étrange

Dominique A : Papiers froissés

Dominique A publie « Vie étrange » ce vendredi 6 novembre, ainsi que le clip « Les éveillés ».

2018 fut marquée par la publication de deux albums de Dominique A, ce n’est pas rien (« Toute latitude » en début d’année suivi de « La Fragilité » à l’automne). 2019 fut tout aussi chargée puisqu’une longue tournée aura occupé l’artiste tout au long de l’année. 2020 s’annonçait alors comme une pause salvatrice espérée, aucune sortie n’étant prévue, vivre pour recharger les émotions et mieux s’adonner à la création. Sauf que… rien ne se passe jamais comme prévu. Un virus a redistribué les cartes et bouleversé nos projets.

Dominique A a publié au tout début du confinement une version dépouillée de « L’éclaircie », un titre de Marc Seberg dont le propos (l’attente d’une éclaircie) reflétait parfaitement l’espoir que l’on nourrissait en ces temps troublés que nous vivions alors. Très bien accueillie, cette reprise fut suivie de la publication d’un EP au titre évocateur « Le silence ou tout comme », un recueil de quatre titres enregistrés « sur le vif » et en toute simplicité pendant le confinement. La machine était lancée…

Vint ensuite le temps du déconfinement, et sa promesse d’une liberté retrouvée. Contrairement aux habitudes de l’artiste, ce sont ici les mélodies (créées à la guitare) qui ont alors dicté des mots… La suite, ce sont des chansons qui naissent, que l’artiste enregistre dans les mêmes conditions (ou presque) que celles du EP. Au final, ce sont dix titres qui se trouvent sur « Vie étrange », qui est dans les bacs aujourd’hui.

Ce nouveau projet de Dominique A au titre plus qu’éloquent, « Vie étrange », est-il véritablement un nouvel album ou faut-il le voir comme un instantané poétique de son époque ? Question futile qui ne trouvera pas de réponse précise, évidemment. Du moins pas maintenant. Ce qui est certain, c’est qu’il s’inscrit parfaitement dans la discographie de l’artiste, avec sa douce mélancolie, ses textes affutés et ses mélodies élégantes. Mais cet album, sans jamais évoquer le confinement ou l’isolement de manière frontale, en est imprégné. L’ennui y est omniprésent, mais jamais pesant. La poésie de Dominique A a toujours échappé au fait de s’inscrire dans une époque donnée. Le propos de « Vie étrange » se dérobe à cette intemporalité. Ou alors serait-ce notre propre perception, conditionnée par les temps que nous vivons, qui nous donne l’impression que « Vie étrange » est une carte postale envoyée depuis les mois qui viennent de s’écouler ? Le temps fera son œuvre et donnera – ou pas – une réponse. Mais peu importe, finalement parce que les dix titres qui composent « Vie étrange » font du bien. Aujourd’hui. Et sans aucun doute demain. Ils apaisent et calment nos angoisses. Ils sont comme autant de petits plaisirs, une façon de se défroisser, nous qui ne sommes que des papiers froissés, comme l’a écrit le principal intéressé.

La publication de cet album est accompagnée de celle d’un clip, celui du titre « Les éveillés », réalisé à la main par Jean-Noël Criton. Ajoutant, si besoin en était, encore un peu d’immortalité à ce projet…

Rappelons que Dominique A publie dans le même temps « Fleurs fanées par Philippe » aux Éditions Médiapop, un hommage à Philippe Pascal disparu l’année dernière, fondateur des groupes mythiques Marquis de Sade et Marc Seberg. Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. Fussent-ils manqués.

Author: Luc Dehon