Karimouche, Folies Berbères

Karimouche, Folies Berbères

Karimouche publiera vendredi « Folies Berbères », son troisième album.

Elle s’appelle Karimouche et n’a nulle autre pareille dans le paysage musical français. Son talent réside dans son authenticité, entre autres. Inutile de vouloir la cataloguer, l’artiste échappe à tout courant, style ou genre, préférant inventer le sien. La liberté comme un crédo.

Après la publication de deux albums (« Emballage d’origine » en 2010 et « Action » en 2015) et la participation aux séries à succès « Cannabis » de Hamid Hlioua et « Les Sauvages » de Rebecca Zlotowski et Sabri Louatah, Karimouche est de retour avec son troisième nommé « Folies Berbères ». Au programme : de la folie, donc, comme une évidence pour faire un pied de nez à l’époque, doublée de sonorités berbères, fidèle à ses origines.

L’artiste partage ici deux titres avec, pour le premier, l’incandescente Flavia Coelho (« Princesse ») et, pour le second, avec R.Wan (« Néon »). Le titre « Princesses », choisi en premier extrait, plantait d’ailleurs avec beaucoup de justesse le décor. Le clip, réalisé par Lucie Borleteau (« Cannabis », « Chanson Douce »), réunissait plusieurs autres artistes, Flavia Coelho, Nawel ben Kraïem, Carmen Maria Vega, Zaza Fournier, Aïssa Maïga…

En onze titres aux sonorités métissées de musette, hip hop et musiques orientales, Karimouche esquisse avec une exactitude parfaite un panorama de notre société. Sur fond de chronique sociale multiculturelle, et avec un panache fou, Karimouche chante la dèche, la république, les femmes, « L’écume des sourds », les réseaux, les migrants ou encore l’apprentissage de la ville.

Avec ses « Folies Berbères », Karimouche livre un album d’une liberté totale et d’une vérité absolue. Un opus plein d’énergie qui s’inscrit dans l’instant et dans l’instinct. Sic.

Author: Luc Dehon