Eliott Jane, Liberté Chérie

Eliott Jane, Liberté Chérie

Eliott Jane publie vendredi son premier Ep « Liberté Chérie ».

Jeanne a eu plusieurs vies. Toutes bien remplies. Née à Lyon, elle est une adolescente fugueuse et éprise de liberté, elle quitte l’école à 16 ans pour se lancer dans un cursus bien précis : l’apprentissage de la vie et de la ville. Elle fera tout de même un crochet par l’École Nationale de Musique de Villeurbanne dont elle ressortira la première femme de France diplômée d’État en chant Rock.

Forte d’expériences diverses (pop, punk, électro, new-wave, grunge), elle monte le groupe Jina qui deviendra rapidement une figure populaire emblématique de la scène rock féministe indé au sein de la communauté LGBT. Lasse des compromis qu’implique un groupe, l’artiste décide de s’affirmer en solo sous le nom gender fluid d’Eliott Jane.

Eliott Jane publie vendredi « Liberté Chérie », un premier EP de cinq titres emmenés par le single « À la vie, à la mort » à l’esthétique hybride pop/rock/électro emplis de liberté. Le propos ? Il est pluriel. Dénoncer la violence de la vie. Faire la nique à l’atmosphère mortifère qui nous écrase depuis un (trop long) moment maintenant, puisque tout a changé. Se souvenir des coups durs et des ecchymoses que la vie inflige, mais boire un dernier verre de trop et s’éclater en soirée disco.

Eliott Jane trace sa route, à mi-chemin entre Clara Luciani et Marie-Flore, et nous on aime beaucoup !

Author: Luc Dehon