Yan Wagner, Couleur Chaos

Yan Wagner, Couleur Chaos

Yan Wagner publie ce vendredi « Couleur Chaos », son nouvel album.

Ses deux précédents albums ne sont pas passés inaperçus. L’inaugural « Forty Eight Hours » produit  par Arnaud Rebotini plantait le décor tandis que le deuxième mixé par Jean-Louis Piérot (Les Valentins) paru cinq ans plus tard confirmait que ce garçon avait un talent fou. Parallèlement, Yan Wagner a collaboré, entre autres, avec Etienne Daho et Calypso Valois. Excusez du peu.

Il revient ce vendredi avec un excellent troisième opus intitulé « Couleur Chaos ». L’artiste franco-américain laisse ici de côté l’anglais des deux premiers pour livrer un album quasi intégralement chanté en français. Belle idée, son timbre de crooner y trouve de nouvelles opportunités.

C’est comme son nom l’indique par le chaos qu’a été inspiré cet opus, plus précisément par plusieurs deuils (dont celui de sa mère) et un déménagement dans la cité phocéenne. Mais le rendu est nettement moins sombre que sur les deux premiers. De son terrain de jeu favori (la dark pop et la new wave des eighties), Wagner s’aventure ici sur d’autres plus funky, groovy et catchy. Voire même plus lumineux et colorés, n’ayons pas peur des mots. Évidemment, l’artiste ne pêche pas ici par excès d’optimisme, ce n’est ni le propos ni le style. Mais son désenchantement et ses tourments semblent toutefois plus apaisés.

Emmené par les excellents « Brexit » et « Fais comme si », l’atmosphère de « Couleur Chaos » se révèle nettement moins cold et oppressante que de par le passé. Les nouvelles compositions de Wagner ont probablement été écrites sous des cieux plus cléments et trouvent ainsi un peu plus de légèreté (relative), à l’image de cette pochette aux allures estivales.

Yan Wagner nous a une nouvelle fois cueillis avec nouvelles compositions. Son ode au chaos est sans appel, mais elle est furieusement belle et élégante.

Author: Luc Dehon