Marka, Terminé Bonsoir

Marka, Terminé Bonsoir

Marka publie le 23 avril prochain son nouvel album « Terminé Bonsoir ».

On a connu Marka au début des années 80, il était alors bassiste de la formation « Allez Allez ». Dans le même temps, il a officié au sein des Cactus. On le retrouve en solo au début des années 90 avec des titres comme « Accouplés » ou « La poupée barbue », parfois en duo avec son épouse Laurence Bibot (« À nous deux », « Monsieur Madame »). L’artiste a publié plus d’une dizaine de disques. On se souvient notamment de « L’homme qui n’aimait pas la scène » en 1999 et « Made in Liège » en 2010.

Passons rapidement sur les histoires de famille. Marka et Laurence Bibot sont les heureux parents de deux mioches qui ont plutôt pas trop mal explosé ces dernières années : Angèle et Roméo Elvis. Il y a les fils et filles de… n’allez pas dire qu’il est le père de… même s’il l’est !

Il revient aujourd’hui avec un excellent nouvel album intitulé « Terminé Bonsoir ». Un recueil de douze titres qui vont tirer leurs influences dans tous les sens. Il faut dire que le parcours du bonhomme est pour le moins pluriel. Dans la disco, la folk, la pop, la world, le rock, l’urbain, le reggae et même le western moderne. Parce qu’il faut se rendre à l’évidence, Marka a la dégaine d’un cow-boy, à l’instar de son complice Jacques Duvall ou d’un Bobbejaan Schoepen. L’artiste s’offre un duo avec les frangins Ledoux de Blankass (« Avant Après »).

On nage dans une certaine idée du surréalisme non pas à la belge mais bel et bien à la bruxelloise totalement assumé. Marka est né à Molenbeek-Saint-Jean et vit depuis toujours dans la capitale belge (ou juste à côté, c’est presque pareil). Sous leurs airs potaches, ses textes sont loin d’être dénués de sens. Marka livre ici un album plutôt super bien fichu et ficelé garanti 100% émouvant, drôle et caustique.

Comme il le dit, avant d’être un homme, il était un géranium. Tout est dit, ou presque.

Author: Luc Dehon