Mina Sang, Dans la nuit

Mina Sang, Dans la nuit

Mina Sang vient de publier « Dans la nuit », son premier album.

Nous avons découvert Mina Sang il y a quelques années avec la publication d’un premier EP « Incorporée ». L’artiste y dévoilait une partie de son univers, que l’on devinait riche. Puis vinrent de nouveaux titres. « Mystère Magnifique », « Sabotage » puis « À ceux qui viendront après nous » sur un poème de Bertolt Brecht.

Au fil des années, Mina Sang a planté le décor et… a réussi à attiser la curiosité. Nous attendions ce premier album avec beaucoup d’intérêt. Dans quel voyage Mina Sang allait-elle inviter l’auditeur ? Allait-elle le faire rêver ? Fantasmer ? Cauchemarder ? Mina Sang le livre enfin aujourd’hui, ce premier album. Il se nomme « Dans la nuit ». Et il porte parfaitement bien son nom.

C’est un album à la poésie sombre que Mina Sang publie ici. Un recueil de onze titres qui évoquent le chaos, les blessures et le désespoir et convoquent les spectres de Ligeia et Annabel Lee. Ses textes côtoient sans heurt ceux de Brecht, Baudelaire (« La jeune fille ») et Poe (« Annabel Lee »), tant l’artiste est imprégnée de leurs œuvres respectives.

Mina Sang écrit des pop songs. Elle pose des notes dansantes quasi insouciantes sur des histoires extraordinaires, des histoires à dormir debout. Vous savez, celles qui empêchent de dormir et qui donnent froid, dans la nuit… Les ombres sont omniprésentes. Jamais oppressantes. Pourtant, leurs bourreaux ne sont jamais loin.

En fait, de sa voix douce et cristalline, Mina Sang chante ce que l’on imagine se passer de l’autre côté du miroir et pose des mots sur ces sentiments que personne n’ose nommer. Son spleen n’aurait pu trouver plus bel écrin. Une électro pop dansante et planante, hypnotique et mystique. Cauchemardesque et tellement superbe.

Author: Luc Dehon