Weekend Affair, Quand vient la nuit

Weekend Affair, Quand vient la nuit

Le groupe Weekend Affair s’apprête à publier son nouvel album ce vendredi. Il s’intitule « Quand vient la nuit ».

Leurs différentes collaborations donnent le ton : adoubés par Yuksek, ils ont bossé avec, entre autres, Pomme, Julien Doré ou encore Albin de la Simone. Les deux lillois de Weekend Affair sont de retour avec un excellent nouvel album intitulé « Quand vient la nuit », précédé par la sortie d’un premier single « Fini de jouer ».

Puisque rien ne s’y oppose, les onze titres qui composent « Quand vient la nuit » s’écouteront idéalement en haut du grand plongeoir de l’ancienne piscine du Touquet à la tombée de la nuit avec au loin, en ligne de mire, les silhouettes des cargos qui défilent. Plus classiquement, on pourra aussi les écouter en survêt confortablement installé dans un Chesterfield en sirotant juste un verre, lumière tamisée et volutes de fumée. L’important est de les écouter et les réécouter, parce que les chansons de Weekend Affair ont du style, et pas qu’un peu. La plume de Louis Aguilar est singulière, mélancolique et racée. Rieuse, parfois. Comme une mouette. Les compos de Cyril Debarge lui offrent un écrin de velours, sensuel ou pudique. On s’y noie, et on aime ça.

En réalité, Weekend Affair, c’est une certaine idée de la chanson française chic et stylée. Littéraire comme il faut, avec des mots banals qui deviennent élégants, sur une esthétique sonore dandy et groovy comme on l’aime. On pensera inévitablement à CharlÉlie, Alain Bashung, Benjamin Biolay ou Hubert Mounier. Mais peu importe, marchons, marchons et pensons avant tout à notre Affair et ce (très) beau Weekend qui se profile.

On est toujours meilleur quand on a trop lu. Ces deux-là l’ont très bien compris et c’est ce qui rend leur album aussi excellent.

Author: Luc Dehon