KLEIN, Sonder

KLEIN, Sonder

KLEIN, le groupe emmené par Jérôme Klein, publiera ce vendredi un premier album « Sonder ».

Après la publication d’un premier EP remarqué il y a quelques années, la formation KLEIN emmenée par Jérôme Klein s’apprête à publier ce vendredi un étonnant premier album intitulé « Sonder ».

Jérôme Klein a été formé au piano et à la batterie au Conservatoire de Luxembourg. Il intègre ensuite la section Jazz du Conservatoire de Bruxelles d’où il sort bachelier en piano, batterie et vibraphone. Du classique au pop rock en passant par l’improvisation libre, l’artiste exerce son art sur différentes scènes.

Pour vous mettre dans le contexte, sachez que le terme « Sonder » est directement inspiré du « Dictionary of Obscure Sorrows » créé par John Koenig. Il met en perspective la notion que la vie de l’Autre, quel qu’il soit, est aussi « vivante et complexe » que la nôtre, chacun évoluant avec ses propres ambitions, ses propres routines, ses propres combats et ses propres espoirs. Chaque plage de « Sonder » est ainsi conçue comme le reflet d’une personnalité, d’un instant de vie ou d’un souvenir. Tout un chacun pouvant, à un moment ou l’autre de son parcours, s’y reconnaître ou s’y retrouver.

Emmené par le titre « Episode », le projet « Sonder » pourrait paraître difficile d’accès sur le papier, mais il n’en est rien, et c’est là que réside tout le talent de Jérôme Klein. Au lieu d’intellectualiser ses compositions (et ainsi les rendre inaccessibles), l’artiste a le don de les rendre limpides. En s’affranchissant des codes édictés par je ne sais quelle instance musicale, les compositions de KLEIN rassemblent. Le champ musical de « Sonder » joue sur une palette large qui part d’une esthétique rythmique jazz et tend vers des couleurs clairement pop, avec des sonorités électros sur lesquelles s’ajoutent, parfois, des voix comme pour être plus proche de l’auditeur.

On pourra donc disserter à volonté sur ces différents portraits/plages, ou plus simplement laisser vagabonder son esprit à leur écoute. Se laisser porter par les sons et les émotions. C’est d’ailleurs probablement ce vers quoi tend chaque musicien et chaque artiste, créer du sentiment tout en créant du sens. « Sonder » en est le parfait exemple. Le voyage est captivant.

Author: Luc Dehon